Et oui, je dois le reconnaître : Il y a quand même une certaine logique dans ma déconvenue. Pourquoi chercherais-je à faire des ménages à l'extérieur alors que je ne suis pas foutue d'entretenir ma maison (maison qui est aussi celle de mon mari et de nos enfants) ???

Je suis "mère au foyer". Mais mes fils sont des adolescents de 14 et 17 ans, période où ils se doivent de mettre à l'arrière plan leur qualité de "fils d'un tel" et plus particulièrement "fils d'une telle" pour apprendre à être eux-mêmes, jeunes hommes indépendants, adultes en construction. Chacun doit pouvoir devenir le compagnon d'une femme qu'il ne considérera pas comme un substitut à sa mère, et le père de leurs enfants pour qui il ne sera pas seulement une figure d'autorité - sachant qu'aucun des deux  ne montre des tendances homosexuelles. Du coup, je dois me faire à l'idée que je suis belle et bien une "femme au foyer".

Mon poème était une sorte d'exutoire. Mais je ne veux pas faire de ce blog un exutoire. Alors au lieu d'écrire, je ferais mieux de :

                         passer l'aspirateur et laver par terre
                         trier et ranger mes paperasses
                         nettoyer mes meubles de cuisine
                         dégraisser la cuisinière
                         laver les vitres

Bref : faire le grand ménage de printemps !
mais ce matin, il faut que j'aille faire les courses...