On a trouvé des vestiges préhistoriques aux alentours du confluent du Rhône et de la Saône, les hommes appréciant de tous temps les abords des fleuves et s'installant dans les zones abrités des inondations (Vaise, Gorges-du-Loup, buttes de l'est lyonnais etc.). Le Rhône (Rhodanus en latin), venant butter contre le Massif Central, n'a pas d'autre choix que de bifurquer vers le sud et la Méditerranée. Impétueux et pas encore dompté, il se partage en plusieurs bras en amont et en aval de sa rencontre avec la Saône (Arar en celte). Le confluent se situe alors au sud de Condate (~ quartier St Vincent), au pied de la colline de la Croix-Rousse, et la Saône passe par un défilé étroit au niveau de Pierre-Scize. La plaine alluviale sur la rive gauche du Rhône se retrouve assez souvent inondée.

LugdunumLes Grecs de Phocée ont/auraient fondé Marseille (Massilia, la "cité phocéenne"et Béziers autour de l'an 600 avant J.C., des Crétois auraient fondé Vienne qui deviendra la capitale des Allobroges, alors que le Lyonnais (+ Forez et Beaujolais) - dont la capitale est Forum Sugusianorum (Feur) - est le territoire des Ségusiaves. Jules César ne mentionne aucun bourg important au niveau du confluent, mais vers l'an 48 avant JC, les colons romains sont chassés de Vienna par les Allobroges des montagnes et se réfugient au ou près du  hammeau de CondateLucius Muniatus Plancus reçoit l'ordre de fonder une colonie romaine pour les protéger. Ce sera Lugdunum ou Lugudunum sur la colline de Fourvière (déjà lieu de rassemblements et cérémonies celtes). L'empereur Auguste en fera la capitale des trois Gaules et la Ségusie prendra le nom de "pagus Lugdunensis". Les Romains élargiront le défilé de la Saône (pierre cisaillée ?) pour faciliter le passage vers le nord-ouest, construiront un premier pont sur la rivière (en bois ? vers l'actuelle passerelle St Vincent) pour la voie du Rhin, et des aqueducs (*) et tout le tintoin. L'île de Canabae occupait à peu près l'espace entre Cordeliers et Ainay, mais la cité gagne du terrain en comblant certaines lônes : l'île devient presqu'île et le confluent se retrouve au sud de St Georges, avec d'autres îles plus petites au sud (Perrache). La voie romaine vers l'Italie engendrera la construction de deux autres ponts (de barques ou en bois ?), un sur la Saône et un sur le Rhône, légèrement en aval du pont de la Guillotière
                                                                           [
en bleu : noms actuels, inusités à l'époque].