Quand Rhône et Saône s'allient en sculptures...

Les plus célèbres et probablement plus anciennes sont celles situées place Bellecour, sculptures en bronze des frères Coustou datant de 1719 (Saône de Nicolas C. à l'ouest et Rhône de Guillaume C. à l'est).
Leurs répliques blanche (fonte peinte ?) sur les piles du pont Lafayette datent de 1890 (Saône à gauche du Rhône, en amont comme en aval du pont).

Rh&S1

"Le Rhône et la Saône" en marbre blanc situé place des Cordeliers est du sculpteur lyonnais André Vermare. Bas-relief installé en 1907 contre l'escalier du palais de la bourse (chambre du commerce). 
J'ai déjà parlé de ceux de Marcel Renard qui ornent les piles du pont Kitchener-Marchand (depuis 1947). Ce sculpteur a également réalisé le bas-relief ornant une porte de l'hôtel des postes, place Antonin Poncet (Charité).

Rh&S3'

Mais on trouve aussi des représentations du Rhône et de la Saône sur ou dans les bâtiments "administratifs" de Lyon : bas-relief de Philippe Lalyane datant du 18e siècle dans la cour du musée de l'imprimerie (ancien Hôtel de la Couronne, rue de la Poulaillerie) et aux Terreaux, tout en haut du beffroi de l'Hôtel de Ville (reconstruit / restauré au 18e siècle).
À cela s'ajoute les trois visages sculptés par le Lyonnais Louis Martin au-dessus des portes de la Préfecture (et Hôtel du Département - fin 19e siècle), alors que l'homme et la femme encadrant l'horloge représentent le jour et la nuit (par Etienne Pagny, lyonnais aussi).

Rh&S2
Des sculptures masculines et féminines sur un bâtiment lyonnais ne représentent pas forcément le Rhône et la Saône. Une autre représentation personifiée du Rhône et de la Saône se trouvait sur le sous-bassement du monument de la République (sous l'allégorie de la ville), place Carnot, mais elle a été détruite et on ne plus voir la Saône comme une femme "ronde"... À vérifier : les figures (masculine et féminine) sur la paserelle du Collège pourraient représenter le Rhône et le Saône
.